BlogEpargnants
Investir à 20, 30 et 50 ans pour préparer sa retraite
Investir à 20, 30 et 50 ans pour préparer sa retraite
Epargnants
17
 
February
 
2022
5
 minutes

Investir à 20, 30 et 50 ans pour préparer sa retraite

Les experts d’Epsor vous expliquent les enjeux de la préparation de la retraite que vous soyez jeune actif, senior, parent de trois adolescents, marié ou seul !
Guillaume Hue
Guillaume Hue
Conseiller en gestion de patrimoine

1. Quel pouvoir d’achat à la retraite ?

En France, il faut avoir 62 ans pour faire valoir ses droits à la retraite, sauf cas particulier. À la place de votre salaire, vous allez percevoir une pension retraite dite du Régime général. Le montant de cette pension de base va dépendre de la durée de cotisation et du salaire moyen perçu pendant les 25 meilleures années de sa carrière !

La pension retraite d’un salarié

Par exemple, s’il est né en 1973, un salarié doit avoir cotisé pendant 43 ans, soit 173 trimestres, Alors, il peut espérer une pension retraite qui couvre au mieux 80 % de son dernier salaire. S’il a eu plusieurs statuts : salarié, fonction publique ou travailleur indépendant, cette proportion sera moindre. 

💡 Si vous souhaitez maintenir inchangé votre pouvoir d'achat, vous avez besoin de disposer d’une épargne qui puisse apporter le complément de revenu dont vous avez besoin. Mais l’effort peut être important selon le moment où vous actez ce besoin et choisissez une solution. Une seconde stratégie est de rechercher à réduire vos dépenses contraintes, notamment celles liées au logement. Ainsi, vous baissez votre niveau de revenus nécessaire pour couvrir vos charges à la retraite.

Consulter régulièrement son relevé de carrière

À partir de 40 ans, vous recevez tous les cinq ans un relevé de carrière qui vous indique à date quel sera le montant de votre retraite. C’est indicatif et non définitif, mais instructif, car cela vous donne une idée du niveau de la baisse de vos revenus et celui de votre effort d’épargne et la réduction de vos charges fixes pour vivre sans changer de train de vie.

Cet équilibre s’affine au fur et à mesure que l’âge de la retraite approche, selon l’évolution de vos revenus et les produits d’épargne choisis pour préparer votre retraite.

2. Le temps, un allié de poids pour constituer sa retraite

Que vous ayez 20 ans ou 50 ans, il est toujours temps de mettre de côté pour préparer votre retraite. Ce qui va faire la différence c’est le poids de votre effort d’épargne. Ici, le dicton “les petits ruisseaux font les grandes rivières" prend tout son sens. Plus votre épargne retraite se développe sur un temps long avec des versements réguliers, plus votre capital se bonifie ! Et cela s’applique autant pour un placement sécurisé (1%), un placement dynamique (3%) et un placement risqué (6%).

L’évolution d’un versement unique

évolution épargne retraite avec versement unique de 10 000 euros

L’évolution d’un versement mensuel fixe

Évolution investissement épargne retraite 100 euros par mois au bout de 15 ans, 35 ans et 45 ans

L’évolution d’un versement unique et d’un petit versement mensuel

Évolution investissement épargne retraite pour un versement unique de 1500 euros et un versement de 30 euros par mois au bout de 15 ans, 35 ans et 45 ans

3. Épargner pour sa retraite dans le bon ordre

La constitution de votre épargne retraite dépend de votre capacité à pouvoir disposer de liquidité après avoir réglé toutes vos dépenses et charges contraintes ainsi que vos loisirs. Celles-ci ne sont pas les mêmes et ne pèsent pas le même poids selon votre âge, tout comme les revenus que chaque personne perçoit tout au long de la vie. Des évènements vont venir modifier vos besoins : mariage/pacs, enfants, parent seul, veuvage…

☝️ Ce qui explique l’importance de commencer très tôt la constitution d’une épargne de précaution, à travers un livret A par exemple. Elle permet de faire face aux dépenses exceptionnelles et imprévues ou aux coups durs.

Cette épargne de précaution constituée, vous pouvez réorienter une partie de votre effort d’épargne vers d’autres produits. Le premier d’entre eux peut être l’achat de votre résidence principale. Vous aurez jusqu’à 25 ans pour rembourser l’emprunt associé. Un effort conséquent, mais à terme vous n’avez plus de loyer à payer à la retraite.

4 produits clés pour préparer votre retraite

En parallèle, selon votre situation, il convient de souscrire aussi des produits dont vous pouvez récupérer le capital placé à tout moment, ou au contraire ceux qui sont gelés sur une période courte ou longue. Parmi ces produits, il y a :

  • L’assurance vie : en contrepartie de vos versements réguliers, vous percevez le capital en une fois ou sous forme de rente à la date convenue lors de la souscription. En cas de décès, le capital accumulé est versé à un bénéficiaire. Vous investissez dans des unités de compte, essentiellement des fonds actions, obligataires et immobiliers (SCPI), selon le risque que vous acceptez de prendre.

  • Le plan d’épargne en actions (PEA) : vous investissez votre épargne dans des petites et moyennes entreprises européennes en détenant soit directement des titres cotés ou non cotés, soit des parts dans des fonds actions et obligataires.

  • Le plan d’épargne retraite (PER) : issu de la loi Pacte, le PER se compose de plusieurs compartiments, mais l’ensemble des sommes versées sont bloquées jusqu’à la date où le titulaire fait valoir ses droits à la retraite, sous la forme d’un capital et/ou d’une rente viagère. Il y a un compartiment dit individuel où vous effectuez librement des versements. Il regroupe les anciens PERP et contrat Madelin. Les autres compartiments sont alimentés par votre entreprise, si elle propose un dispositif d’épargne salariale.

L’attrait de l’immobilier locatif

À côté de ces supports d’investissements pour votre retraite, vous pouvez également choisir l’investissement locatif : un parking, un studio, un appartement dans une résidence de service… Dans un premier temps, les loyers perçus vont couvrir une partie des mensualités de l’éventuel crédit. Dans un second temps, ils vont produire des revenus réguliers.

4. Prendre en compte la fiscalité à l’entrée et à la sortie

☝️ Le choix d’un produit ou d’un autre pour préparer votre retraite ne doit pas dépendre que de votre effort d’épargne. Il doit tenir compte de la fiscalité appliquée à la souscription du produit, mais aussi à la sortie. D’autant que ces règles fiscales peuvent aussi prendre en compte votre situation personnelle, par exemple si vous êtes seul ou en couple, avec ou sans personne à charge.

Les avantages du PER

Par exemple, le PER propose un avantage à l’entrée : les versements volontaires sont déductibles des revenus imposables dans la limite d’un plafond précisé sur votre déclaration de revenu en ligne.

En revanche, la sortie en capital ou en rente est soumise à l’impôt sur le revenu. En l’absence de déduction à l’entrée, seuls les intérêts sont soumis à l’impôt sur le revenu. Pour les sommes versées par l’entreprise et conservées au moins 5 ans, tout comme celles présentes sur le PEE, en cas de sortie en capital, il n’y a pas d’imposition. En cas de sortie en rente, les intérêts sont soumis à l’impôt sur le revenu. Cela vaut aussi pour les sommes débloquées avant 5 ans dans le cadre d’une des situations autorisées à un déblocage anticipé.

La fiscalité de l’assurance vie

Pour l’assurance vie et le PEA, vous devez respecter une période de détention minimum : respectivement de 8 et 5 ans. En dessous, les gains sont soumis au prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% ou au barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Pour l'assurance vie, après 8 ans, les gains sont exonérés si vous n’avez réalisé aucun rachat auparavant. Si des rachats ont été réalisés, les gains inférieurs à 150 000 euros sont imposés à 7,5% (12,8% au-delà) après l’application d’un abattement de 4 600 € (personne seule) ou de 9 200 € (couple).

Pour le PEA, après 5 ans, les gains sont exonérés d’imposition.

Pour l’investissement locatif, vous disposez de plusieurs régimes fiscaux qui prennent la forme de crédit d’impôts ou de déficit foncier.

5. Les astuces pour votre épargne retraite

🔑 Une bonne préparation des revenus de votre retraite repose sur quelques principes clés !

D’abord, il ne sert à rien de souscrire à tous les types de produits dédiés à l’épargne retraite. Choisissez celui ou ceux qui sont les plus pertinents pour votre situation personnelle. Toutefois, a minima, la détention de sa résidence principale et la souscription d’un PER ou d’une assurance vie paraissent une bonne pratique. Ensuite, il est souhaitable de répartir et moduler votre effort d'épargne à la fois en termes de montants, mais aussi en ne souscrivant pas les produits en même temps.

L’importance de la diversification

☝️ Autre principe important : la diversification !

Par exemple, dans votre PER, ne placez pas tous vos versements sur un seul fonds, si celui-ci est uniquement investi sur un secteur géographique ou économique, sur des grandes ou des petites valeurs. Recherchez à exposer votre épargne sur plusieurs tailles d’entreprises, plusieurs secteurs et plusieurs pays.

Enfin, il est prudent de ne pas débloquer en même temps tous vos produits d’épargne retraite. Là aussi, vous pouvez moduler pour vous assurer une stabilité de vos revenus et tenir compte de vos charges. Ces dernières seront plus importantes lorsque vous serez en perte d’autonomie. Dans cette perspective, mieux vaut retarder les sorties de capital de votre PER ou de votre assurance vie. Vous ferez travailler un peu plus longtemps votre capital et profiterez d’un supplément de revenu. En attendant, vous pouvez compter sur les revenus locatifs par exemple.

Le mot de la fin...

Préparer sa retraite se pense à tous les âges. Cela vous permet d’adapter les efforts d’épargne à l’évolution de votre vie, de vos revenus et de vos projets. Plus vous anticipez, plus vous vous donnez les moyens de limiter la perte de pouvoir d’achat à la retraite et de préparer sereinement ce moment où vous pourrez être en perte d'autonomie. Vous en serez le principal bénéficiaire, tout en sachant que le capital non utilisé reviendra à vos ayants droit en cas de décès.

Testez fundscanner pour découvrir les meilleurs fonds du label ISR et leur composition
BlogEntreprises
Investir à 20, 30 et 50 ans pour préparer sa retraite
Investir à 20, 30 et 50 ans pour préparer sa retraite

Investir à 20, 30 et 50 ans pour préparer sa retraite

Sommaire

1. L’épargne salariale et retraite, kézako ?
  • L’épargne salariale, comment ça marche ?
  • L’intéressement en bref
  • Intéressement & start-ups/scale-ups, le combo parfait
  • L’intéressement en chiffres
2. Une solution gagnant-gagnant !
  • Des économies pour tous
  • L’épargne salariale, un outil 360°
3. Mise en place de l’intéressement : tuto !
  • 7 choses à savoir sur l’accord d’intéressement
  • Les 3 grandes étapes à suivre
  • Les règles d’or pour un accord réussi
  • Use case #1: start-up de 200 collaborateurs
  • Use case #2 : start-up de 45 collaborateurs
4. 5 conseils pour bien choisir son prestataire
  • Le maître mot : la pédagogie
  • Une épargne qui ressemble à vos salariés !
  • L’importance d’une gamme d’investissement diversifiée • RSE : priorité aux valeurs de vos collaborateurs
  • Frais transparents & compétitifs
5. (Bonus) Soigner les finitions !
  • Les démarches administratives, on s’en occupe !
  • Communiquez, communiquez... et communiquez !
Nous gérons l’épargne de leurs salariés

1. Quel pouvoir d’achat à la retraite ?

En France, il faut avoir 62 ans pour faire valoir ses droits à la retraite, sauf cas particulier. À la place de votre salaire, vous allez percevoir une pension retraite dite du Régime général. Le montant de cette pension de base va dépendre de la durée de cotisation et du salaire moyen perçu pendant les 25 meilleures années de sa carrière !

La pension retraite d’un salarié

Par exemple, s’il est né en 1973, un salarié doit avoir cotisé pendant 43 ans, soit 173 trimestres, Alors, il peut espérer une pension retraite qui couvre au mieux 80 % de son dernier salaire. S’il a eu plusieurs statuts : salarié, fonction publique ou travailleur indépendant, cette proportion sera moindre. 

💡 Si vous souhaitez maintenir inchangé votre pouvoir d'achat, vous avez besoin de disposer d’une épargne qui puisse apporter le complément de revenu dont vous avez besoin. Mais l’effort peut être important selon le moment où vous actez ce besoin et choisissez une solution. Une seconde stratégie est de rechercher à réduire vos dépenses contraintes, notamment celles liées au logement. Ainsi, vous baissez votre niveau de revenus nécessaire pour couvrir vos charges à la retraite.

Consulter régulièrement son relevé de carrière

À partir de 40 ans, vous recevez tous les cinq ans un relevé de carrière qui vous indique à date quel sera le montant de votre retraite. C’est indicatif et non définitif, mais instructif, car cela vous donne une idée du niveau de la baisse de vos revenus et celui de votre effort d’épargne et la réduction de vos charges fixes pour vivre sans changer de train de vie.

Cet équilibre s’affine au fur et à mesure que l’âge de la retraite approche, selon l’évolution de vos revenus et les produits d’épargne choisis pour préparer votre retraite.

2. Le temps, un allié de poids pour constituer sa retraite

Que vous ayez 20 ans ou 50 ans, il est toujours temps de mettre de côté pour préparer votre retraite. Ce qui va faire la différence c’est le poids de votre effort d’épargne. Ici, le dicton “les petits ruisseaux font les grandes rivières" prend tout son sens. Plus votre épargne retraite se développe sur un temps long avec des versements réguliers, plus votre capital se bonifie ! Et cela s’applique autant pour un placement sécurisé (1%), un placement dynamique (3%) et un placement risqué (6%).

L’évolution d’un versement unique

évolution épargne retraite avec versement unique de 10 000 euros

L’évolution d’un versement mensuel fixe

Évolution investissement épargne retraite 100 euros par mois au bout de 15 ans, 35 ans et 45 ans

L’évolution d’un versement unique et d’un petit versement mensuel

Évolution investissement épargne retraite pour un versement unique de 1500 euros et un versement de 30 euros par mois au bout de 15 ans, 35 ans et 45 ans

3. Épargner pour sa retraite dans le bon ordre

La constitution de votre épargne retraite dépend de votre capacité à pouvoir disposer de liquidité après avoir réglé toutes vos dépenses et charges contraintes ainsi que vos loisirs. Celles-ci ne sont pas les mêmes et ne pèsent pas le même poids selon votre âge, tout comme les revenus que chaque personne perçoit tout au long de la vie. Des évènements vont venir modifier vos besoins : mariage/pacs, enfants, parent seul, veuvage…

☝️ Ce qui explique l’importance de commencer très tôt la constitution d’une épargne de précaution, à travers un livret A par exemple. Elle permet de faire face aux dépenses exceptionnelles et imprévues ou aux coups durs.

Cette épargne de précaution constituée, vous pouvez réorienter une partie de votre effort d’épargne vers d’autres produits. Le premier d’entre eux peut être l’achat de votre résidence principale. Vous aurez jusqu’à 25 ans pour rembourser l’emprunt associé. Un effort conséquent, mais à terme vous n’avez plus de loyer à payer à la retraite.

4 produits clés pour préparer votre retraite

En parallèle, selon votre situation, il convient de souscrire aussi des produits dont vous pouvez récupérer le capital placé à tout moment, ou au contraire ceux qui sont gelés sur une période courte ou longue. Parmi ces produits, il y a :

  • L’assurance vie : en contrepartie de vos versements réguliers, vous percevez le capital en une fois ou sous forme de rente à la date convenue lors de la souscription. En cas de décès, le capital accumulé est versé à un bénéficiaire. Vous investissez dans des unités de compte, essentiellement des fonds actions, obligataires et immobiliers (SCPI), selon le risque que vous acceptez de prendre.

  • Le plan d’épargne en actions (PEA) : vous investissez votre épargne dans des petites et moyennes entreprises européennes en détenant soit directement des titres cotés ou non cotés, soit des parts dans des fonds actions et obligataires.

  • Le plan d’épargne retraite (PER) : issu de la loi Pacte, le PER se compose de plusieurs compartiments, mais l’ensemble des sommes versées sont bloquées jusqu’à la date où le titulaire fait valoir ses droits à la retraite, sous la forme d’un capital et/ou d’une rente viagère. Il y a un compartiment dit individuel où vous effectuez librement des versements. Il regroupe les anciens PERP et contrat Madelin. Les autres compartiments sont alimentés par votre entreprise, si elle propose un dispositif d’épargne salariale.

L’attrait de l’immobilier locatif

À côté de ces supports d’investissements pour votre retraite, vous pouvez également choisir l’investissement locatif : un parking, un studio, un appartement dans une résidence de service… Dans un premier temps, les loyers perçus vont couvrir une partie des mensualités de l’éventuel crédit. Dans un second temps, ils vont produire des revenus réguliers.

4. Prendre en compte la fiscalité à l’entrée et à la sortie

☝️ Le choix d’un produit ou d’un autre pour préparer votre retraite ne doit pas dépendre que de votre effort d’épargne. Il doit tenir compte de la fiscalité appliquée à la souscription du produit, mais aussi à la sortie. D’autant que ces règles fiscales peuvent aussi prendre en compte votre situation personnelle, par exemple si vous êtes seul ou en couple, avec ou sans personne à charge.

Les avantages du PER

Par exemple, le PER propose un avantage à l’entrée : les versements volontaires sont déductibles des revenus imposables dans la limite d’un plafond précisé sur votre déclaration de revenu en ligne.

En revanche, la sortie en capital ou en rente est soumise à l’impôt sur le revenu. En l’absence de déduction à l’entrée, seuls les intérêts sont soumis à l’impôt sur le revenu. Pour les sommes versées par l’entreprise et conservées au moins 5 ans, tout comme celles présentes sur le PEE, en cas de sortie en capital, il n’y a pas d’imposition. En cas de sortie en rente, les intérêts sont soumis à l’impôt sur le revenu. Cela vaut aussi pour les sommes débloquées avant 5 ans dans le cadre d’une des situations autorisées à un déblocage anticipé.

La fiscalité de l’assurance vie

Pour l’assurance vie et le PEA, vous devez respecter une période de détention minimum : respectivement de 8 et 5 ans. En dessous, les gains sont soumis au prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% ou au barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Pour l'assurance vie, après 8 ans, les gains sont exonérés si vous n’avez réalisé aucun rachat auparavant. Si des rachats ont été réalisés, les gains inférieurs à 150 000 euros sont imposés à 7,5% (12,8% au-delà) après l’application d’un abattement de 4 600 € (personne seule) ou de 9 200 € (couple).

Pour le PEA, après 5 ans, les gains sont exonérés d’imposition.

Pour l’investissement locatif, vous disposez de plusieurs régimes fiscaux qui prennent la forme de crédit d’impôts ou de déficit foncier.

5. Les astuces pour votre épargne retraite

🔑 Une bonne préparation des revenus de votre retraite repose sur quelques principes clés !

D’abord, il ne sert à rien de souscrire à tous les types de produits dédiés à l’épargne retraite. Choisissez celui ou ceux qui sont les plus pertinents pour votre situation personnelle. Toutefois, a minima, la détention de sa résidence principale et la souscription d’un PER ou d’une assurance vie paraissent une bonne pratique. Ensuite, il est souhaitable de répartir et moduler votre effort d'épargne à la fois en termes de montants, mais aussi en ne souscrivant pas les produits en même temps.

L’importance de la diversification

☝️ Autre principe important : la diversification !

Par exemple, dans votre PER, ne placez pas tous vos versements sur un seul fonds, si celui-ci est uniquement investi sur un secteur géographique ou économique, sur des grandes ou des petites valeurs. Recherchez à exposer votre épargne sur plusieurs tailles d’entreprises, plusieurs secteurs et plusieurs pays.

Enfin, il est prudent de ne pas débloquer en même temps tous vos produits d’épargne retraite. Là aussi, vous pouvez moduler pour vous assurer une stabilité de vos revenus et tenir compte de vos charges. Ces dernières seront plus importantes lorsque vous serez en perte d’autonomie. Dans cette perspective, mieux vaut retarder les sorties de capital de votre PER ou de votre assurance vie. Vous ferez travailler un peu plus longtemps votre capital et profiterez d’un supplément de revenu. En attendant, vous pouvez compter sur les revenus locatifs par exemple.

Le mot de la fin...

Préparer sa retraite se pense à tous les âges. Cela vous permet d’adapter les efforts d’épargne à l’évolution de votre vie, de vos revenus et de vos projets. Plus vous anticipez, plus vous vous donnez les moyens de limiter la perte de pouvoir d’achat à la retraite et de préparer sereinement ce moment où vous pourrez être en perte d'autonomie. Vous en serez le principal bénéficiaire, tout en sachant que le capital non utilisé reviendra à vos ayants droit en cas de décès.

Testez fundscanner pour découvrir les meilleurs fonds du label ISR et leur composition

Téléchargez la ressource complète !