BlogEpargnants
Actualité environnementale : flashback sur 2022 !
Actualité environnementale : flashback sur 2022 !
Epargnants
25
 
January
 
2023
4
 minutes

Actualité environnementale : flashback sur 2022 !

Le début d’année est synonyme de bonnes résolutions… Mais c’est aussi l’heure du bilan ! Epsor regarde dans le rétro et résume les faits marquants de 2022 sur l’actu environnementale.
Thomas Poulet, Chef de projet finance responsable chez Epsor
Thomas Poulet
Chef de projet finance responsable

La sortie du rapport du 6ème rapport du GIEC

Le 6ème rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) sorti en début d’année étudiait les scénarios de baisse de réduction des gaz à effet de serre et les moyens d’actions. Parmi les points à retenir de ce rapport :

  • Les émissions annuelles moyennes de la dernière décennie ont été supérieures à celles de toutes les décennies précédentes.
  • Le pic des émissions de gaz à effet de serre doit être atteint avant 2025 pour nous conformer à l’Accord de Paris et limiter le réchauffement climatique à 1,5°C.
  • La sobriété et la transformation de nos systèmes énergétiques sont primordiales (notamment parce que 75% des émissions de gaz à effet de serre planétaires sont causées par la production et la consommation d’énergies, dont les énergies fossiles).

Sauvez la planète : COP ou pas COP 

Les COP 27 (sur le climat) et COP 15 (sur la biodiversité) qui se sont déroulées en fin d’année 2022 ont abouti à des accords historiques. Parmi les mesures marquantes :

  • Un accord pour la création d’un fonds dédié aux pertes et dommages du changement climatique a enfin été adopté par les pays développés en faveur des pays en voie de développement (COP 27).
  • La protection de 30% des terres et des mers, au niveau global, d’ici 2030 (contre respectivement 17% pour les terres et 8% pour les mers aujourd’hui) (COP 15).
  • Une réduction de moitié des risques liés à l’utilisation de pesticides et aux produits chimiques hautement dangereux d’ici 2030 (COP 15).

Reporting, reporting, dis moi qui a le plus d’impact ?

Une nouvelle réglementation (CSRD) a été approuvée et renforce ainsi les obligations en matière de durabilité des entreprises. Elles vont devoir publier des informations sur l’impact environnemental et social de leurs activités à partir de 2024. Ce sont plus de 50 000 entreprises qui vont être concernées contre 17 700 aujourd’hui.

TotalEnergies a encore fait les gros titres 

En mai, lors de l'Assemblée générale de TotalEnergies, de nombreux actionnaires, dont nos sociétés de gestion partenaires Ofi, La Financière de l’Échiquier et Comgest, se sont opposés à la résolution climat de l’entreprise la jugeant insuffisante et trop éloignée des réalités climatiques actuelles. C’est ce qu’on appelle l’engagement actionnarial.

Dernièrement s’est ouvert le premier procès sur le devoir de vigilance (obligation faite aux entreprises de prévenir les risques sociaux et environnementaux) durant lequel TotalEnergies était opposé à six ONG à propos de son projet Eacop en Afrique. L’ordonnance a été mise en délibéré pour février 2023.

La réforme du label ISR, vers un exclusion du charbon et des énergies fossiles ?

Le label ISR, attribué en France aux fonds d’investissement dits les plus responsables, est en plein renouvellement afin de se moderniser et se crédibiliser.
Parmi les propositions les plus marquantes, le souhait de mettre en place des critères d’exclusion sur les sujets du charbon et des énergies fossiles non conventionnelles ou encore une meilleure prise en compte de la dimension climat avec l’obligation pour les fonds de se fixer une trajectoire de transition écologique.

Gaz et nucléaire, des énergies durables ?

La Commission européenne et le Parlement européen ont validé l’intégration du gaz et du nucléaire au sein de la taxonomie verte (classification des activités économiques comme étant durables ou non). La taxonomie verte se veut être un dispositif clé pour favoriser le financement de la transition énergétique.

L’intégration du nucléaire peut être considérée comme une bonne nouvelle notamment pour réduire les émissions carbone (l’intensité carbone de la production d'électricité par centrale nucléaire étant l’une des plus basses).

La question se pose davantage sur le gaz naturel, aujourd’hui catégorisé comme une énergie fossile, et qui est beaucoup plus émetteur en CO2 que d’autres formes d’énergie (respectivement 69 fois et 27 fois plus émetteur que le nucléaire et l’éolien).

Les scandales marquants de 2022 

L’année 2022 a également été marquée par le scandale Orpea, alors leader mondial des Ehpad et des cliniques, rattrapé sur ses mauvaises pratiques dans le livre de Victor Castanet Les Fossoyeurs : Révélations sur le système qui maltraite nos aînés.

Cela a mis en lumière les limites de la notation ESG des entreprises (Environnement, Social et Gouvernance) sur laquelle se base l’investissement socialement responsable, Orpea ayant toujours fait figure de bon élève.

Plus tard dans l'année, le gestionnaire d'actifs allemand DWS a fait l’objet d’une double enquête pour greenwashing, notamment pour avoir menti sur les caractéristiques ESG de ces fonds durables.

Pour connaître mois par mois l’actualité “impact et économique”, consultez nos autres articles sur le blog intitulés “L’espace vert”.

À bientôt !

BlogEntreprises
Actualité environnementale : flashback sur 2022 !
Actualité environnementale : flashback sur 2022 !

Actualité environnementale : flashback sur 2022 !

Sommaire

1. L’épargne salariale et retraite, kézako ?
  • L’épargne salariale, comment ça marche ?
  • L’intéressement en bref
  • Intéressement & start-ups/scale-ups, le combo parfait
  • L’intéressement en chiffres
2. Une solution gagnant-gagnant !
  • Des économies pour tous
  • L’épargne salariale, un outil 360°
3. Mise en place de l’intéressement : tuto !
  • 7 choses à savoir sur l’accord d’intéressement
  • Les 3 grandes étapes à suivre
  • Les règles d’or pour un accord réussi
  • Use case #1: start-up de 200 collaborateurs
  • Use case #2 : start-up de 45 collaborateurs
4. 5 conseils pour bien choisir son prestataire
  • Le maître mot : la pédagogie
  • Une épargne qui ressemble à vos salariés !
  • L’importance d’une gamme d’investissement diversifiée • RSE : priorité aux valeurs de vos collaborateurs
  • Frais transparents & compétitifs
5. (Bonus) Soigner les finitions !
  • Les démarches administratives, on s’en occupe !
  • Communiquez, communiquez... et communiquez !
Nous gérons l’épargne de leurs salariés

La sortie du rapport du 6ème rapport du GIEC

Le 6ème rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) sorti en début d’année étudiait les scénarios de baisse de réduction des gaz à effet de serre et les moyens d’actions. Parmi les points à retenir de ce rapport :

  • Les émissions annuelles moyennes de la dernière décennie ont été supérieures à celles de toutes les décennies précédentes.
  • Le pic des émissions de gaz à effet de serre doit être atteint avant 2025 pour nous conformer à l’Accord de Paris et limiter le réchauffement climatique à 1,5°C.
  • La sobriété et la transformation de nos systèmes énergétiques sont primordiales (notamment parce que 75% des émissions de gaz à effet de serre planétaires sont causées par la production et la consommation d’énergies, dont les énergies fossiles).

Sauvez la planète : COP ou pas COP 

Les COP 27 (sur le climat) et COP 15 (sur la biodiversité) qui se sont déroulées en fin d’année 2022 ont abouti à des accords historiques. Parmi les mesures marquantes :

  • Un accord pour la création d’un fonds dédié aux pertes et dommages du changement climatique a enfin été adopté par les pays développés en faveur des pays en voie de développement (COP 27).
  • La protection de 30% des terres et des mers, au niveau global, d’ici 2030 (contre respectivement 17% pour les terres et 8% pour les mers aujourd’hui) (COP 15).
  • Une réduction de moitié des risques liés à l’utilisation de pesticides et aux produits chimiques hautement dangereux d’ici 2030 (COP 15).

Reporting, reporting, dis moi qui a le plus d’impact ?

Une nouvelle réglementation (CSRD) a été approuvée et renforce ainsi les obligations en matière de durabilité des entreprises. Elles vont devoir publier des informations sur l’impact environnemental et social de leurs activités à partir de 2024. Ce sont plus de 50 000 entreprises qui vont être concernées contre 17 700 aujourd’hui.

TotalEnergies a encore fait les gros titres 

En mai, lors de l'Assemblée générale de TotalEnergies, de nombreux actionnaires, dont nos sociétés de gestion partenaires Ofi, La Financière de l’Échiquier et Comgest, se sont opposés à la résolution climat de l’entreprise la jugeant insuffisante et trop éloignée des réalités climatiques actuelles. C’est ce qu’on appelle l’engagement actionnarial.

Dernièrement s’est ouvert le premier procès sur le devoir de vigilance (obligation faite aux entreprises de prévenir les risques sociaux et environnementaux) durant lequel TotalEnergies était opposé à six ONG à propos de son projet Eacop en Afrique. L’ordonnance a été mise en délibéré pour février 2023.

La réforme du label ISR, vers un exclusion du charbon et des énergies fossiles ?

Le label ISR, attribué en France aux fonds d’investissement dits les plus responsables, est en plein renouvellement afin de se moderniser et se crédibiliser.
Parmi les propositions les plus marquantes, le souhait de mettre en place des critères d’exclusion sur les sujets du charbon et des énergies fossiles non conventionnelles ou encore une meilleure prise en compte de la dimension climat avec l’obligation pour les fonds de se fixer une trajectoire de transition écologique.

Gaz et nucléaire, des énergies durables ?

La Commission européenne et le Parlement européen ont validé l’intégration du gaz et du nucléaire au sein de la taxonomie verte (classification des activités économiques comme étant durables ou non). La taxonomie verte se veut être un dispositif clé pour favoriser le financement de la transition énergétique.

L’intégration du nucléaire peut être considérée comme une bonne nouvelle notamment pour réduire les émissions carbone (l’intensité carbone de la production d'électricité par centrale nucléaire étant l’une des plus basses).

La question se pose davantage sur le gaz naturel, aujourd’hui catégorisé comme une énergie fossile, et qui est beaucoup plus émetteur en CO2 que d’autres formes d’énergie (respectivement 69 fois et 27 fois plus émetteur que le nucléaire et l’éolien).

Les scandales marquants de 2022 

L’année 2022 a également été marquée par le scandale Orpea, alors leader mondial des Ehpad et des cliniques, rattrapé sur ses mauvaises pratiques dans le livre de Victor Castanet Les Fossoyeurs : Révélations sur le système qui maltraite nos aînés.

Cela a mis en lumière les limites de la notation ESG des entreprises (Environnement, Social et Gouvernance) sur laquelle se base l’investissement socialement responsable, Orpea ayant toujours fait figure de bon élève.

Plus tard dans l'année, le gestionnaire d'actifs allemand DWS a fait l’objet d’une double enquête pour greenwashing, notamment pour avoir menti sur les caractéristiques ESG de ces fonds durables.

Pour connaître mois par mois l’actualité “impact et économique”, consultez nos autres articles sur le blog intitulés “L’espace vert”.

À bientôt !

Téléchargez la ressource complète !